Idées pour améliorer le climat de travail et la productivité en PME

Au sein d’une entreprise, il y a plusieurs virus qui viennent influencer négativement ou positivement l’attitude des gens qui y travaillent. Bien entendu, ces virus sont hautement contagieux et se transmettre sans contact entre les gens. La liste des virus ayant une influence négative est :

  • l’absentéisme,
  • le présentéisme,
  • la résistance aux changements,
  • l’individualisme,
  • le « je m’en foutisme »,

bref la lâcheté.

Ces virus viennent influencer négativement le climat de travail et, par conséquent, nuisent à la productivité.

À l’inverse, nous retrouvons des virus qui ont un impact positif dans une entreprise et qui font croître significativement la productivité. Ces virus sont :

  • l’enthousiasme,
  • le dynamisme,
  • la collaboration,
  • le plaisir,
  • l’acceptation,

bref, le courage.

Nous pouvons voir qu’autant la lâcheté que le courage sont contagieux et viennent influencer l’attitude des autres et, par le fait même, la productivité dans votre entreprise. Pour démarrer une épidémie, il ne s’agit que d’avoir une seule personne qui porte un de ces virus pour que l’organisation ne soit mise en quarantaine. Vous vous en doutez certainement, ceci est loin d’être de la théorie. Tout ça se passe actuellement dans les organisations.

Si une telle épidémie surgit dans votre entreprise, il faut du courage pour l’enrayer. Ne vous laissez pas influencer par la routine, ne prenez pas de raccourcis, ayez du courage, devenez un agent de changement et des forces insoupçonnées vous guideront.

Le changement fait peur

La majorité des gens n’aime pas la routine, c’est trop monotone qu’on dit. La majorité des gens n’aime pas le changement. Le changement fait peur et nous résistons. Alors si nous n’aimons ni la routine et ni le changement, nous aimons quoi ? Éteindre des feux ?

business-man-phone-stressed

Chez Groupe Humaprise, nous formons des agents du changement, c’est-à-dire que les gens incorporent le changement dans leur routine. Ce changement est provoqué par la recherche d’un équilibre meilleur ou d’une plus grande rentabilité de l’entreprise.

Pour y parvenir, il importe de déterminer avec précision ce que nous souhaitons atteindre. Il s’agit de bien définir où nous voulons être dans 3, 5 ou 10 ans, ce que nous voulons faire, ce que nous aimons et n’aimons pas, et ainsi de suite.

Une fois cet exercice complété, il ne reste plus qu’à déterminer quelles seront les actions à faire pour s’y rendre et à les inclure dans notre quotidien.

Prenons un exemple bien simple. Un gestionnaire cherche à améliorer ses connaissances sur une technique propre à sa discipline. Pendant ses temps de repas au bureau, au lieu de lire les nouvelles du sport, il pourra inclure de lire 10 pages par jour d’un livre sur les techniques qu’ils souhaitent améliorer. Rapidement, ses connaissances vont s’améliorer et au bout d’une année, en agissant de la sorte, il pourra avoir lu plusieurs livres traitant des différentes techniques. Dans sa routine, il a agi en tant qu’agent du changement et après plusieurs journées de cette routine, il est fort à parier que ce gestionnaire aura acquis un niveau de connaissance très élevé et que son objectif d’améliorer ses connaissances sera atteint … sans résistance et sans crainte.

Pour reprendre les propos de Éric Thomas, un gourou de la motivation aux États-Unis, quels sacrifices je suis prêt à faire aujourd’hui pour être la personne que je veux être demain? Comme ce gestionnaire, est-ce que je suis prêt à sacrifier le fait d’être moins « savant » dans le domaine du sport pour être plus connaissant dans mon travail ?

Avec cette manière de faire, la routine n’est pas monotone et il n’y a certainement pas de résistance face aux changements. La routine entraîne le changement et nous dirige vers une vie meilleure.

Travailler l’attitude

En conclusion, dans son livre « Devenez une personne d’influence », John C. Maxwell prend bien soins de démontrer que l’attitude est d’une importance capitale vers la réussite. Si notre attitude est que nous avons un sentiment de succès dans notre vie personnelle, nous allons réussir en affaires, mais ce n’est pas parce que l’on réussit en affaires que nous avons le sentiment de réussir notre vie personnelle.

Notre attitude entraîne également des actions face aux autres ou envers nous-mêmes. Si nous sommes envahis par le sentiment de succès, autant personnel que professionnel, nos actions seront :

  • On se sacrifie pour réussir
  • On cherche des moyens de gagner
  • On devient énergétique
  • On suit le plan stratégique
  • On aide les autres membres de l’équipe

Inversement, si nous sommes habités par un sentiment d’échec, notre comportement sera :

  • On en fait le moins possible
  • On cherche des excuses
  • On devient fatigué
  • On laisse tomber le plan stratégique
  • On blesse les autres

Source John C Maxwell : devenez une personne d’influence p.94 (2008)

N’oubliez pas que « pour aider quelqu’un à croire qu’il peut réussir, donnez-lui l’occasion de connaître de petites victoires » John C Maxwell.

Pour une formation vous permettant d’améliorer le climat de travail, contactez-nous au 819-770-9332 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

 

5 étapes pour prioriser vos projets d’entreprise

Dans une PME, il est impossible d’attaquer tous les projets en simultanée. Les ressources que l’entreprise devrait mettre pour le faire sont tout simplement astronomiques. Dès lors, il importe de mettre en place un processus de priorisation des projets, des objectifs ou des résultats souhaités.

Projet informatique nuage de mots

Vous connaissez certainement le bon vieux principe de Pareto, aussi appelé loi de Pareto ou loi des 80-20. Ce principe stipule qu’environ 80 % des effets seront le produit de 20 % des causes. Au sein d’une organisation, ceci implique que 20% des projets donneront 80% des résultats. Plusieurs gestionnaires s’en inspirent et ils ont tout à fait raison de le faire. Nous ne cherchons pas à remettre en cause ce principe, bien au contraire. Notre système de gestion aide les gestionnaires à choisir les projets qui constitueront les succès de l’année.

Dans ce billet, nous vous proposons 5 étapes pour bien choisir vos projets prioritaires de l’année :

Continue reading