La motivation pour un propriétaire de PME

Selon Claude Lévy-Leboyer, auteur de nombreux ouvrages sur la motivation des individus au travail : «La motivation peut être décomposée en 3 étapes qui se définissent dans le cadre des actions visant la poursuite d’un résultat donné, donc d’une performance :

  1. Le choix de l’objectif ou encore l’acceptation par l’individu d’un objectif qui lui est assigné ;
  2. La décision, souvent implicite, qui concerne l’intensité de l’effort que cet individu va consacrer à atteindre cet objectif ;
  3. La persévérance dans l’effort au fur et à mesure qu’il se déroule et en fonction des retours d’information sur ses résultats par rapport à l’objectif à atteindre.

En d’autres termes, être motivé, c’est essentiellement avoir un objectif, décider de faire un effort pour l’atteindre et persévérer dans cet effort jusqu’à ce que le but soit atteint ».

Pour bien des gens que nous avons rencontrés, l’objectif était de se lancer en affaires. Ils se sont lancés en affaires. Ils travaillent fort et pendant de longues heures. Toutefois, un scénario typique est que 5 années plus tard, les propriétaires considèrent qu’ils ne font pas d’argent. Ils vivent alors une baisse importante de leur motivation et ils se questionnent sur l’avenir de leur entreprise. Cette malencontreuse situation repose sur la définition de l’objectif.

usine

Objectif en affaires

Dans les faits, se lancer en affaires n’est pas un objectif, mais un moyen. C’est un moyen qui vous permettra d’atteindre des objectifs autant sur le plan personnel que professionnel. Un objectif qui est primordial en affaires est de dégager des profits. Une entreprise qui dégage des profits, c’est une entreprise en santé, c’est une entreprise qui saura rivaliser avec sa compétition, c’est une entreprise qui pourra se permettre d’accroître les salaires des employés sans leur mettre de pression supplémentaire, c’est une entreprise qui pourra négocier sans difficulté ses termes de financement pour l’achat d’équipements ou pour sa croissance, et bien d’autres avantages.

Lorsque nous parlons de cet objectif, les propriétaires ont plusieurs réactions, entre autres celle qu’ils devront payer de l’impôt. Loin de nous l’idée de banaliser l’impôt à payer, mais non. Toutefois, lorsque vous mettez dans la balance le prix à payer de ne pas pouvoir offrir des salaires compétitifs à vos employés, de ne pas pouvoir rivaliser avec vos concurrents, de ne pas pouvoir emprunter pour acheter des nouveaux équipements ou pour développer un nouveau marché, le prix à payer pour ces répercussions est de loin bien plus grand que l’impôt à payer.

argent

Un autre prix à payer, est celui de l’impact sur la juste valeur marchande. Pour bien des gens d’affaires, leur entreprise sera leur fonds de pension. Une entreprise qui ne dégage pas de profits aura une juste valeur marchande bien moins grande qu’une entreprise qui dégage des profits, ça va de soi. À ce titre, nous suggérons de voir le profit comme la cotisation d’un employé au régime des rentes du Québec. L’employé paye sa part en fonction de son salaire et lors de la retraite, il recevra une rente. Dans un sens, l’impôt à payer sur le profit d’une entreprise pour une PME est ni plus ni moins qu’une cotisation permettant à son propriétaire d’obtenir une rente à la retraite. Vu de cette manière, la pilule de l’impôt est plus facile à avaler pour plusieurs.

Certaines personnes vont dire que se lancer en affaires ce n’est pas juste pour l’argent. C’est vrai, mais il faut nuancer. La motivation de se lancer en affaires ne doit pas être uniquement pour l’argent, par contre une entreprise qui ne fait pas d’argent, ne sera pas en affaires bien longtemps.  Tout repose sur la définition du rendement. Avec des taux d’intérêts qui oscillent aux alentours de 2% pour des placements garantis, un propriétaire d’entreprise devrait trouver cela normal que son entreprise dégage un profit de 2% du chiffre d’affaires. Dégager du profit, ce n’est pas du vol et personne n’a été arnaqué.

À titre d’exemple, une entreprise qui a un chiffre d’affaires de 500 000 $ par année et qui vise un profit de 2%, dégagera un profit de 10 000$. Au Québec, l’impôt à payer pour une PME est de 19%. En chiffre, ceci donnera un gros chèque de 1 900$ en impôts payés par la corporation. Il restera donc 8 100$ en bénéfices non-répartis qui pourront être réutilisés dans le futur pour des projets d’investissement ou qui viennent contribuer à rehausser la juste valeur marchande de l’entreprise.

Motivation en affaires

En discutant du profit, nous nous sommes éloignés de la motivation et de la définition de la motivation de Claude Lévy-Leboyer. Malheureusement, pas tant que ça. Voyez-vous, en appliquant cette définition à la notion de motivation en affaires, « le choix de l’objectif » devient le profit. En second, « la décision, souvent implicite, qui concerne l’intensité de l’effort que cet individu va consacrer à atteindre cet objectif » sera le moyen mis à contribution afin de générer des ventes tout en contrôlant les coûts de production et en effectuant un contrôle des frais d’opération. Enfin, « la persévérance dans l’effort au fur et à mesure qu’il se déroule » deviendra la gestion quotidienne des opérations. Malheureusement, pour plusieurs personnes, elles se demandent à la fin de l’année si elles ont fait des profits ou non. Les profits se dégagent tout au long de l’année et dans la gestion quotidienne des opérations. Nous allons faire un autre billet pour discuter de ce principe important en entreprise.

Leçons à retenir

En guise de conclusion, ce billet fait ressortir 5 conseils en gestion de PME :

1) Se lancer en affaires ne devrait pas être un objectif, mais un moyen.

2) En affaires, « c’est correct » de faire des profits. Il s’agit de la survie de l’entreprise.

3) Les profits sont signe d’une excellente santé financière de votre entreprise.

4) L’impôt corporatif à payer pour un propriétaire de PME devrait être perçu comme une cotisation à la retraite future de ce propriétaire.

5) Les profits se dégagent dans la gestion quotidienne des opérations d’une PME et non uniquement en fin d’année.

Notre formation en gestion d’entreprise permet de maximiser la gestion quotidienne des opérations en vue de dégager des profits. Nous avons piqué votre curiosité ?  Contactez-nous à info@groupehumaprise.com afin de connaître comment votre entreprise pourrait en bénéficier.

Vous avez apprécié ce billet, abonnez-vous à notre infolettre qui vous donne un conseil de gestion à chaque mardi, à lire avec votre café matinal.