“Faut que tu dépenses, tu vas payer de l’impôt” s’écria-t-il !

Qui ne sait pas déjà fait dire de dépenser par son teneur de livre ou son comptable pour éviter de payer de l’impôt ? Comme si payer de l’impôt était une forme de maladie incurable. Loin d’être une maladie, payer de l’impôt est en fait un signe de bonne santé financière de votre entreprise. Par contre, chercher à dépenser à outrance pour éviter de payer de l’impôt est en soi une grave erreur.

argent

Voici 3 impacts que cette manière de gérer procure

1.) Impact sur la juste valeur marchande de l’entreprise

Les bénéfices de l’entreprise sont un des paramètres inclus dans le calcul de la juste valeur marchande de l’entreprise. En fait, le ratio situe entre 3 et 5 fois les profits pour la juste valeur marchande d’une entreprise dans les secteurs traditionnels et jusqu’à 20 fois les profits dans le secteurs des technologies de l’information. Donc, en cherchant à dépenser pour éviter de payer de l’impôt, vous réduisez la juste valeur marchande de votre entreprise.

À titre d’exemple, vous anticipez réaliser des profits de 100 000$ dans votre entreprise. Vous décidez de dépenser 20 000$ pour réduire votre impôt à payer. Ce 20 000$ vient d’affecter la juste valeur marchande de votre entreprise pour un montant variant entre 60 000$ et 100 000$, soit de 3 à 4 fois les profits.

Au Québec, l’impôt à payer pour les corporations est de 19% en 2015. Diminuer les bénéfices imposables de 20 000$, vous donnera une réduction de votre impôt à payer de 3 800$. À 100 000$ de profits imposables, l’impôt à payer aurait été de 19 000$ alors qu’avec un 20 000$ de dépenses supplémentaires, l’impôt à payer serait de 15 200$.

 

2.) Impact à long terme

L’erreur la plus fréquente est de confondre “dépense” et “immobilisations”. Qu’est-ce qu’une dépense ? Il s’agit de matériel que vous allez consommer rapidement, tel des fournitures de bureaux, des cartouches d’imprimantes, du matériel d’entretien, entre autres. Malheureusement, l’achat d’un véhicule n’est pas une dépense, mais une immobilisation. Il en va de soit pour l’achat d’inventaire.

Par contre, l’achat d’un véhicule est certes la pire des “dépenses” à faire pour éviter de payer de l’impôt. À titre d’exemple, vous décidez de vous procurer un véhicule de 50 000$ pour réduire votre impôt à payer. Sauf que votre véhicule est une immobilisation et votre “dépense” doit être amortie. Votre véhicule étant amortie sur 5 ans, c’est 10 000$ par année qui sera amortie. Par contre, la règle fiscale des véhicule prévoit que 50% de l’amortissement peut être considéré la première année.

De telle sorte, vous avez dépensé 50 000$ afin d’accroîte vos dépenses admissibles de 5 000$, ce qui fera réduire votre impôt à payer d’un maigre 1 000$. C’est loin d’être une stratégie gagnante. De plus, vous allez devoir supporter 10 000$ par année en charge d’amortissement supplémentaire pour encore 4 autres années.

Nous le voyons, pour économiser à court terme un 1 000$ en impôts, l’impact à long terme d’une telle stratégie se fait sentir pendant 4 autres années.

 

3.) Impact négatif sur le fonds de roulement

Utilisez les fonds de la compagnie afin de faire des dépenses non-stratégiques viennent diminuer les ressources monétaires nécessaires pour le développement future de la compagnie. Comme nous l’avons vu avec l’exemple précédent de la voiture, il s’agit de payer 50 000$ pour réduire l’impôt à payer d’un maigre 1 000$. Même si la voiture peut être financée sur plusieurs mois, ce sont des sommes qui viennent augmenter les charges de la compagnie et qui amputent le fonds de roulement.

 

En conclusion, ces soit disant “dépenses” pourraient être investies dans des investissements vecteurs de croissance pour votre entreprise. Ces investissements vous permettent de bonifier votre position dans le marché et ainsi assurer la pérennité de votre entreprise. Ce n’est pas en gérant par des dépenses <a court terme que votre entreprise saura passer au travers du temps.

Si vous cherchez à optimiser vos profits, contactez-nous pour une consultation gratuite.

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Pour vous joindre (obligatoire)

Sujet

Votre message


Vous hésitez encore ? Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas cette fois-ci et partagez.