En affaires, il y a deux « Peter » à éviter afin de ne pas péter !

Le principe de Peter et le complexe de Peter Pan s’applique également en affaires.

1) Le principe de Peter

Le principe de Peter a été développé par Laurence J. Peter et Raymond Hull dans le livre Le Principe de Peter en 1970.

Les auteurs mentionnent que : « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence » et  « avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité. »

Il en va de même pour le propriétaire de l’entreprise face à la croissance de son entreprise. Au début, le propriétaire possède les habiletés nécessaires pour exploiter son entreprise, mais au fur et à mesure que son entreprise grandit, il s’approche de son niveau d’incompétence. Lorsque ce niveau d’incompétence sera atteint, c’est la dégringolade qui l’attend, une longue pente descendante vers la fermeture ou la faillite.

Pour éviter cette pente descendante, le ressourcement personnel prend tout son importance. Il importe d’avoir un plan de croissance personnel permettant de continuellement apprendre pour repousser l’apparition du principe de Peter. Ceci implique de bien se connaître, de faire preuve de courage et de s’attaquer à ses faiblesses. Un jour ou l’autre, si nous les évitons, une situation demandera certaines habiletés spécifiquement lié à nos faiblesses. Dès lors, une opportunité sera manquée et un certain « Peter » dirigera votre entreprise.

Business concept

2) Complexe de Peter Pan

Le complexe de Peter Pan est la peur de grandir et le désir de rester éternellement jeune. En affaires, ce complexe se vit en voulant demeurer éternellement petit par un refus de croissance de l’entreprise. Comme dans cette histoire vécue.

C’est l’histoire d’un propriétaire d’une entreprise qui refusait de faire de la publicité. Dans son esprit, il croyait à tort que faire de la publicité était une perte de temps, une perte d’argent et que cela ne donnait absolument rien de continuellement donner des rabais. Il avait raison sur ce dernier point, par contre, une publicité bien conçue peut rapporter gros.

Comme le souligne Jean-François Guitard, auteur et blogueur spécialisé en marketing, « La plupart des dirigeants considèrent la publicité comme une dépense, alors qu’ils devraient la considérer comme un investissement, et ce, à même titre qu’un achat d’équipement visant à améliorer la performance de leur entreprise. Toutefois, pour offrir un rendement, la publicité doit être appuyée par une stratégie marketing et respecter certaines règles, comme être vue appréciée et comprise par le public cible » (vous pouvez profiter gratuitement des conseils de monsieur Guitard en vous abonnant à son blogue).

Revenons à notre histoire initiale, soit celle d’un propriétaire réticent à faire des publicités. Après une très longue discussion avec son formateur en gestion d’entreprise, il finit par admettre qu’il a peur que son entreprise vive une expansion trop rapide. Il a peur de ne plus être capable de suffire à la demande, d’offrir un service de moindre qualité et de perdre des clients.

Ah !!!  Nous voilà rendus à la source du problème : « le complexe de Peter Pan » ou la peur de grandir. Tel un enfant qui veut rester enfant, ce propriétaire refuse la croissance en souhaitant demeurer petit. Comme si demeurer petit en acceptant des contrats qui ne plaisent pas car il n’a pas le choix faute de ne pas avoir un volume de demandes suffisamment grands.

Cependant, une médaille à deux côtés. C’est vrai qu’il risque de ne plus être capable de suffire à la demande, mais ceci n’a rien de négatif, bien au contraire.

Dans un premier temps, avec un plus grand volume de demande, notre propriétaire aura la possibilité de sélectionner les types de contrats sur lesquels il souhaite travailler de même que les meilleurs clients.

En second, il devra apprendre à dire « non », à accepter le fait que son entreprise ne peut desservir tous les clients.

En dernier lieu, les meilleurs clients seront les clients les plus rentables et ceux qui lui procureront la plus grande satisfaction car ils sont en lien avec sa mission d’entreprise.

En guise de conclusion, nous voyons que nous sommes notre pire ennemi en affaires et nos peurs sont nos propres limites. Avec nos peurs, nous effectuons du surplace comme la gerbille dans la roue. Nos peurs nous empêchent de progresser librement vers une vie meilleure. Enfin, en ne prenant plus le temps de développer nos habiletés de gestion, nous limitons l’accès vers nos rêves.

Pour une formation vous permettant de développer vos habiletés de gestion, contactez-nous au 819-770-9332 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Pour vous joindre (obligatoire)

Sujet

Votre message


Recevez un conseil de gestion d’entreprise les mardis matin, à prendre bien au chaud avec votre café, pour augmenter la rentabilité de votre entreprise.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.