Groupe Humaprise, réseau de franchises de formateurs en gestion de PME.

Des conseillers en gestion aux services des gens d'affaires depuis 1988.

Formation

Former votre équipe et implanter un système de gestion systémique permettant de briser les silos et augmenter la productivité des employés.

Coaching

Nos services professionnels de coaching de gestion adaptés à vos besoins et ils permettront de propulser votre entreprise à la hauteur de vos aspirations.

Franchises

Groupe Humaprise recherche 52 franchisés dynamiques intéressées à se joindre à nous. Faites partie d'une équipe de formateurs passionnés.

Notre recette ? C’est la gestion des marges bénéficiaires

La signification du mot Humaprise provient de la contraction d’humain et d’emprise.

Dans le volet humain = Nous accompagnons l’humain (la direction) pour mieux se connaître et intervenir efficacement et humainement auprès des employés.

Dans le volet emprise = Nous offrons des outils de gestion qui permettent aux dirigeants de développer une emprise sur leur entreprise afin de ne plus être esclave de leur entreprise

La formation Humaprise est offerte depuis 1988. Nous avons plus de 250 entreprises qui ont implanté la gestion systémique d’une entreprise. De ce nombre, 85% d’entre-elles sont toujours en opération. Un chiffre remarquable lorsque l’on considère que 50% des entreprises ferment après 5 ans.

Notre recette ? C’est la gestion des marges bénéficiaires. Nous avons développé un système de gestion, pas un logiciel, mais une manière de pensée, pour entreprises qui permet d’optimiser les profits. C’est un système qui a fait ses preuves.

Voici certains de nos clients :

Maison Bisson, Fidélice, Cachet Urbain, Attache Remorque Gatineau, Monsieur 4 roues, Santé Beautée Laurette, SOL, Boîtes à grains, Cyclo sportif GM Bertrand, L’Orée du bois, 4 Jeudis, Le Pied de Cochon, Flavoureux, Repas Sans Tracas, Évolutel, Alterego, Eskalad, Kabboum, Godin Lacroix, Brigil, Réjean Parisien, Toitures Alain Raymond, SOLICO et bien d’autres. Ce sont de belles entreprises et elles utilisent notre méthode depuis plusieurs années. Vous pouvez consulter leurs témoignages sur notre site.

Notre démarche est une formation auprès du comité de direction dans votre entreprise. Nous transférons les connaissances pour permettre à la direction de développer de nouvelles habiletés de gestion.  Notre formation est admissible à une subvention avec Emploi-Québec pour 50% des coûts. De plus, grâce à la performance des outils de gestion que nous avons développés, aller chercher 1% de profits supplémentaires en entreprise est relativement facile pour nous. Vous vous en doutez certainement, il y a beaucoup de perte de temps dans une entreprise ce qui affecte la rentabilité.

Si vous avez plus de 300 000$ en chiffres d’affaires, prendre la formation Humaprise ne coûte techniquement rien.

 

Groupe Humaprise aide les propriétaires d’entreprise à faire en sorte que leur rêve devienne réalité. Contactez-nous au 819-770-9332 poste 101 ou par courriel à info@groupehumaprise.com pour une première rencontre sans frais. Nous sommes en affaires depuis 1988 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

 

 

Six lois qui ont de l’impact en PME

Découvrez six lois qui ont de l’impact en PME

La loi de Illich ou la pause pour accroître la productivité

La loi de Illich est l’une des « lois générales du temps au travail ». Cette loi provient de Ivan Illich, penseur autrichien décédé en 2002 et ayant vécu en ermite au Mexique. Il part du principe que le rendement au bureau : « Au-delà d’une certaine durée, on devient moins productif, voir contre-productif ». Selon ce principe, la concentration optimale dure en moyenne 45 minutes.

D’où l’importance de prendre régulièrement des pauses de courte durée, oui de courte dure, ou de limiter les réunions à moins d’une heure.

La loi de Gresham et ses impacts sur le climat de travail

La loi de Gresham est un théorème d’économie qui dit que : « La mauvaise monnaie chasse la bonne. » Cette expression présuppose que lorsqu’il y a deux monnaies en circulation, une va chasser l’autre. Les dirigeants économiques préfèrent conserver la monnaie dite « bonne » et mettre en circulation la monnaie dite « mauvaise ». Comme personne ne refuse la mauvaise monnaie, celle-ci devient la monnaie qui s’impose et qui régit les transactions.

Appliquer dans une entreprise, la loi de Gresham traduit un dysfonctionnement entre ce qui est bon et ce qui est mauvais. En ne refusant pas les mauvais comportements, graduellement ceux-ci chassent les bons. L’inaction des dirigeants face à un dysfonctionnement au sein de leur entreprise entraîne des mutations importantes dans l’organisation et provoque un renversement de situation.

Pour contrer la loi de Gresham et ses effets sur le climat de travail, il importe aux dirigeants de faire preuve de courage et d’agir rapidement lorsqu’une situation commence à se dégrader. Ces actions rapides permettront de conserver les bons comportements et de chasser les mauvais.

L’impact de la loi de Parkinson dans la délégation de tâche constitue une manière simple et efficace d’accroître la productivité en interne.

La loi de Parkinson  a été développé  par le professeur Cyril Northcote Parkinson. Cette loi fait suite à une étude de l’administration britannique réalisée en 1958. Suite à cette étude, Cyril Northcote Parkinson a constaté qu’un travail tend à prendre tout le temps accordé. Cela veut dire que même si l’on dispose d’un délai important pour accomplir une tâche, on consomme la totalité du temps imparti, ce qui l’amène à dire qu’une tâche se « dilate ». Ainsi, sans délai, la tâche aura tendance à s’éterniser.

Afin de se prémunir de la loi de Parkinson, il importe de déterminer la date de livraison souhaitée et les limites pour réaliser la dite tâche. À titre d’exemple, comme nous sommes mardi, si vous donnez une tâche à réaliser en disant à la personne qu’elle a jusqu’à vendredi pour la compléter, vous allez recevoir le travail complété le vendredi. L’objectif a été respecté car le temps de travail se dilatera pour occuper tout le temps nécessaire. En contrepartie, si vous demandez à la personne quand elle pense être en mesure de vous remettre le travail compléter, l’échéancier risque d’être avant vendredi.

La loi de Murphy nous attend dans les courbes pour faire déraper nos projets.

Tel un gamin qui prend à nous jouer des tours pour s’amuser, le hasard fait toujours en sorte que c’est lorsque tout bien obligatoirement bien aller que tout va planter. Ceci s’appelle la loi de Murphy. Selon Wikipédia, Edward Murphy, ingénieur américain en aérospatiale, a effectué de nombreuses expériences sur les effets de la décélération sur un humain lors d’un crash. Lors d’une de ces expériences, le hasard a voulu que tous les capteurs aient été montés à l’envers. D’où le constat : « Une tâche prendra toujours plus de temps qu’on ne l’imagine. Et ce qui peut mal tourner tournera mal ».

En conséquence, ce qui nous amène à dire que plus on veut aller vite, plus ça va lentement ou plus c’est facile, plus ça va prendre du temps. Inversement, lorsque la tâche semble compliquée, par un heureux hasard murphyien, tout se fait rapidement.

C’est probablement pour cette raison que la majorité des projets ne respectent pas leurs délais. Ils sont soit réalisés avant le temps, soit réalisés bien au-delà de l’échéancier, mais rarement dans les délais.

Question : Prenez-vous en considération la loi de Murphy dans votre gestion de projets ? À considérer !!!

Contrevenir à la loi de Laborit pour accroître sa productivité

Connaissez-vous la loi de Laborit ? Peut-être que « la loi du moindre effort » vous dit quelque chose ? Il s’agit de la même loi. Le biologiste Henri Laborit a consacré sa vie à l’étude du comportement humain. Il a démontré que l’homme est doté d’un programme biologique de survie qui lui fait fuir le stress et chercher en priorité le plaisir. Cette tendance amène l’humain à repousser sans cesse les tâches ennuyeuses et les expédier à la dernière minute.

De cette manière, l’humain aura tendance à réaliser les tâches qui lui procureront du plaisir en premier, ce qui, inévitablement, amène l’humain à réaliser les tâches les plus ennuyeuses en dernier. C’est quand même un gros paradoxe car l’humain n’aimant pas vivre du stress, il se fait vivre un stress pour lui permettre de réaliser les tâches les plus ennuyeuses. Vous en conviendrez certainement, cette manière de faire augmente les risques d’erreurs et est hautement contre-productif.

Pour éviter d’être une victime de cette loi et augmenter son efficacité professionnelle, il est conseillé de faire les tâches les plus difficiles en premier dans la journée. La notion de plus difficile n’est pas uniquement en termes d’effort. Il se peut qu’une tâche vous demande de passer par-dessus une crainte ou que vous redoutez la réponse que vous allez recevoir d’un contact. Pour accroître votre productivité, c’est cette tâche qui devrait être attaquée en premier. C’est le meilleur moyen de vaincre la procrastination.

La loi de Sune Carlson

Vous êtes gestionnaire d’une entreprise ou dans une organisation ? Savez-vous que selon la loi de Sune Carlson, un gestionnaire est interrompu à toutes les 20 minutes en moyenne. Selon cette loi, il vous faut au moins 3 minutes de concentration avant de pouvoir reprendre et continuer une tâche. De telle sorte, gérer les interruptions est une bonne manière de maximiser son temps.

Une astuce simple pour gérer les interruptions est de conserver ses mains sur ce que nous étions en train de faire, tels que conserver ses mains sur le clavier, sur l’appareil téléphonique ou conserver votre crayon en main si vous étiez en train d’écrire.

Votre interlocuteur possède ainsi un visuel qu’il est en train de vous interrompre. L’interruption risque d’être de plus courte durée que si vous abandonnez votre tâche complètement afin de fournir 100% de votre attention à votre interlocuteur.

 

Vous voulez maximiser votre productivité en interne ? Contactez-nous au 819-770-9332 poste 101 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

Faire preuve de courage et attaquer notre journée du bon pied

Nous possédons toutes et tous la semence du courage en nous. Rarement des êtres humains ont passé une vie complète sans faire preuve de courage, n’est-ce pas ? La lâcheté au quotidien n’existe donc pas. Toutefois, toutes et tous n’utilisons pas le courage au bon moment.

Face à une situation problématique dans mon entreprise, je peux fort bien décider de ne rien faire en pensant que cela va se résorber comme c’est venu ou que quelqu’un d’autre va s’en occuper. Je ne fais rien. La situation se détériore et je me retrouve où je me dois de passer à l’action. J’ai recours au courage et j’affronte cette situation.

 

Quels sont les clés du courage ?

-oser exprimer son sens critique, mais sans être colérique

-sortir de sa zone de confort en prenant la parole devant un groupe de personnes en affaires

-prendre des risques

-reconnaître ses peurs pour mieux les surmonter

-accepter que l’échec soit le moteur de l’apprentissage

Et bien d’autres.

 

Tout cela demande du courage. Le courage, c’est être capable d’affronter un danger, un problème, voire même une fermeté d’âme devant la souffrance au moment où une petite voix intérieure nous dit de le faire. « Surtout ne vous mentez pas à vous-même. Celui qui se ment à soi-même et écoute son propre mensonge va jusqu’à ne plus distinguer la vérité ni en soi ni autour de soi ; il perd donc le respect de soi et des autres. Ne respectant personne il cesse d’aimer, et pour s’occuper et se distraire, en l’absence d’amour, il s’adonne aux passions et aux grossières jouissances ; il va jusqu’à la bestialité dans ses vices, et tout cela provient du mensonge continuel à soi-même et aux autres. », nous disait Dostoïevski. Lorsque vous sentez l’appel, faites-le !

S’entraîner quotidiennement pour faire face à l’adversité

L’adversité est perçue comme une rencontre infructueuse avec un destin. Une chose nous arrive comme une grande fatalité imprévue dans nos tâches quotidiennes de gestionnaires. Pour surmonter cette épreuve, nous devons faire preuve de courage. Par contre, bien de ces rencontres infructueuses sont en fait le fruit d’une forme de procrastination. Il est donc possible de s’entraîner quotidiennement pour faire face à l’adversité et prévenir ces rencontres infructueuses du destin.

Chaque jour, un bon gestionnaire devrait avoir une liste des tâches à effectuées dans sa journée. Faites l’exercice et la première chose que vous allez constater c’est que face à une, ou plusieurs tâches, vous ressentez une charge émotive négative face à une tâche que vous devez faire. Dès lors, cette tâche ne vous attire pas. Vous allez peut-être attendre en fin de journée ou la remettre à plus tard. Cette procrastination vous frappera lorsque l’urgence de faire la tâche se présente. L’adversité aura fait son œuvre.

Cette urgence peut facilement être irradiée. Il s’agit en fait de faire preuve de courage et d’identifier cette tâche qui nous tente le moins et que nous devons faire. Ce sera notre première tâche à compléter pour partir la journée. Un auteur mentionnait qu’à chaque jour, nous avons une grenouille à avaler alors « avaler cette grenouille » avant que l’urgence s’installe.

En agissant de la sorte, nous nous entraînons à faire face à des situations qui nous déplaisent. À chaque jour, nous avons une tâche qui nous déplaît et nous faisons preuve de courage et l’attaquons dès le petit matin sans attendre. Ainsi, notre entraînement est fait pour faire face à l’adversité car lorsque situation désagréable se présente, nous nous savons ce que nous avons à faire grâce à nos pratiques quotidiennes.

Pour optimiser vos processus d’affaires, contactez-nous au 819-770-9332 poste 101 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

2 astuces pour stimuler la mobilisation de vos équipes

En affaires, la productivité est l’affaires de tous. Dans certains cas, même si nous cherchons à bien faire, nos actions sont contraires à nos intentions et au lieu d’accroître la productivité, nous alimentons la pression interne. Dans ce blogue, nous retrouvons deux manières de faire qui stimule la productivité en interne. En premier, nous retrouvons la délégation de processus et non la délégation de tâche et en second les communications efficaces pour stimuler la productivité et non stimuler les peurs.

1)Déléguer une tâche c’est bien mais déléguer un processus c’est productif
Tout gestionnaire sait que pour accroître sa productivité, il doit apprendre à déléguer. Le mot déléguer provient du latin qui veut dire confier. Toutefois, il s’agit de bien plus que de confier une tâche. Déléguer une tâche revient à confier à un subalterne une tâche. Une fois cette tâche réalisée, cette personne reviens nous voir pour une autre tâche.

Cette manière de faire entraîne une relation de codépendance entre deux personnes où une personne devient l’extension de l’autre et lorsque l’autre est en vacances, l’autre ne travaille pas également. Ce qui est à l’antithèse de la productivité. Afin d’accroître la productivité des deux personnes, c’est le processus qui devrait être délégué. Prenons à titre d’exemple un plan d’intégration d’un nouvel employé dans l’entreprise. Ce plan peut être déléguer car le gestionnaire principal n’est pas nécessairement obligé de s’occuper de toutes les tâches pour l’accueil d’un commis à la réception.

Plan d’intégration d’un nouvel employé :

1) Accueillir l’employé et lui présenter son poste ou son lieu de travail
2) Fiche de l’employé à faire remplir
3) Description de tâches, contrat de travail et manuel de l’employé à donner
4)  Mission de l’entreprise, planification stratégique et organigramme à faire lire
5) Clés, cartes d’accès ou outils de travail à remettre
6) Présenter le nouvel employé à ses collègues et son superviseur
7) Tâches pour la première journée
8) Planifier la formation technique et le suivi qui sera offert
9) Identifier la personne ressource pour répondre à ses questions
10) Trouver un binôme ou faites du parrainage
11) Débuter l’entraînement pour le nouveau poste

Le processus étant délégué, le gestionnaire peut vaguer à d’autres occupations pendant que son adjoint s’occupe de l’intégration du nouveau commis. Cette délégation peut s’échelonner sur plusieurs jours voire des semaines. Un suivi périodique permettra de connaître l’avancement des deux comparses et pouvoir intervenir si nécessaire.

 

2)Les mots et les émotions comme facteur de mobilisation d’une équipe

 

Échéancier ;

Client important ;

Gros contrat ;

Problèmes ;

Fatigue ;

Et bien d’autres.

 

Ce sont là des mots qui ont une connotation négative ou qui apporte un stress supplémentaire. Les utiliser lorsque l’on s’adresse à nos équipes démontre que nous avons un stress et que nous ne sommes pas en plein contrôle de la situation ou submerger par le doute. Ceci fait surgir de l’énergie négative et entraîne un climat de méfiance.

 

Le gestionnaire transmettra un message tel que : « Nous avons obtenu un gros contrat avec un client important. Je ne veux pas de problème sur les chantiers. Nous avons un échéancier serré alors garder vos forces et ça va bien aller ».

Il n’y a pas lieu de qualifier de « gros contrat » ou « client important ». D’abord parce que c’est ce que vous faites et vous le faites bien. Ensuite, tous les clients sont important peu importe la grosseur du contrat. Finalement, que le contrat soit gros ou petit, c’est votre travail alors il n’y a pas lieu de stresser sur la valeur du contrat. Un tel discours entraîne déjà de la fatigue et les employés n’ont pas le goût de l’attaquer.

 

Plan d’action ;

Client fidèle ;

Contrat lucratif ;

Défis ;

Confiance ;

Travail bien fait ;

Et bien d’autres.

 

Ce sont là des mots qui entraîne un climat de confiance. Les employés n’ont qu’à faire leur travail et il n’a aucune charge émotive négative en surplus.

Le gestionnaire tiendra un discours du genre : « Un de nos clients fidèle nous fait confiance de nouveau pour une nouvelle installation. Il a été bien servi dans le passé et accepte nos conditions contractuelles ce qui en fait un contrat lucratif. Le plan d’action a été réalisé pour respecter les dates de livraison. Il y aura des petits défis dans ce parcours, c’est certain, par contre laisser parler votre talent et le travail sera bien fait. »

 

Ce genre de discours favorise la mobilisation. Les employés sont motivés et sentent que tout est sous contrôle. Le résultat : ils ont confiance.

 

En conclusion, porter une attention particulière aux mots utilisés lors de vos communications avec les employés. Évitez d’utiliser des qualificatifs comme : gros, important, serrés, et bien d’autres car ces mots ont une connotation négative et stimule une énergie négative. En revanche, parlez de confiance, fidèle, lucratif, heureux, talent, et bien d’autres mots qui stimule l’énergie positive et par le fait même entraîne une plus grande productivité.

Pour définir votre processus d’affaires et des communications efficaces, contactez-nous au 819-770-9332 poste 101 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

Bonne décision ou mauvaise décision, tout dépend de soi et des faits

8 « faits alternatifs » en PME face à la prise de décision

Pour prendre de bonne décision, rien de mieux que d’avoir accès à des informations de qualité.

Si j’augmente mes ventes, je vais faire plus d’argent

Faux : Apprends à mieux gérer la marge bénéficiaire de ton entreprise et ainsi tu feras plus d’argent.

J’ai besoin d’un logiciel pour mieux gérer mon entreprise

Faux : Commence par définir tes processus d’affaires pour mieux connaître ton entreprise et puis tu pourras dénicher un logiciel qui s’adaptera à ton entreprise et non pas à chercher à adapter ton entreprise à un logiciel.

On a un problème de communications, je veux des notifications pour me dire que mes employés ont lu mes courriels

Faux : les gens sont inondés de courriels et ce mode de communications est hautement inefficace. Implante des réunions efficaces dans ton entreprise pour mieux faire circuler l’information.

Je suis occupé, faut que j’embauche

Faux : Être occupé peut être un signe de désorganisation et d’inefficacité interne. Embaucher revient à demander à quelqu’un de gérer une désorganisation. Il importe donc de mieux se structurer.

J’ai juste besoin d’une subvention pour mon projet d’expansion.

Faux : C’est un signe que l’entreprise n’est pas rentable et que la maîtrise par le propriétaire n’est pas complète.

Ça ne vaut pas la peine de déléguer car ça me prends plus de temps à expliquer que de faire la tâche

Faux : C’est que la délégation de tâches est fait oralement sans être écrite et comme l’humain ne retient pas 100% des informations qu’il entend, il faut répéter et répéter pour accroître l’appropriation complète de la délégation de tâches. Une délégation efficace passe par une tâche ou un processus écrit.

J’ai besoin d’une marge de crédit pour renflouer mon fonds de roulement

Faux : gère mieux tes recevables ou tes frais fixes et le fonds de roulement se renflouera.

Un plan d’affaires, ça ne donne rien

Faux : Un plan d’affaires vous permet de prendre des décisions en fonction de l’information que vous possédez. Avec le temps, ces informations vont être plus précises et concises ce qui demande de changer ses décisions initiales.

Ce n’est pas important les ventes, ce qui compte c’est la rentabilité

VRAI : Les entreprises qui déclarent faillite ont des ventes, mais pas de rentabilité. Sans profits point de Salut !

Continue reading

La taille ne fait pas la complexité selon Line-X Outaouais

Groupe Humaprise : comprendre la complexité d’une entreprise

Qu’elle soit grande, moyenne ou petite, une entreprise est toujours une aventure complexe.

Quand Donat Philion a retenu les services de Groupe Humaprise pour améliorer l’administration de sa compagnie de recouvrement protecteur de boîte de camion, il ne s’imaginait pas à quel point les enjeux de gestion de sa petite franchise pourraient s’avérer être aussi complexes.

Travaillant dans le domaine depuis une dizaine d’années, le nouveau propriétaire de Line-X Outaouais n’avait pas l’expérience, les outils et les connaissances nécessaires à l’administration d’une franchise.

Aujourd’hui, suite à une première intervention du formateur / coach en gestion, Donat Philion est convaincu d’être aller chercher exactement le soutien dont il avait besoin.

De l’hésitation à la satisfaction

Même si c’est lui qui a pris l’initiative de contacter le formateur / coach en gestion de Groupe Humaprise, Donat Philion s’est d’abord montré hésitant. Il n’était pas convaincu de la pertinence de recourir à cette expertise de pointe en gestion d’entreprise en raison de la relative simplicité de Line-X Outaouais.

Continue reading

Transformez vos ressources humaines en richesses humaines

Capital humain, ressources humaines, gestion des talents, peu importe l’appellation, gérer des employés semblent se complexifier avec les années. De plus, les théoriciens ont beau changé les concepts, les faits sont que les employés transforment de la matière ou des idées pour en faire des produits ou des services. Ces humains génèrent de la valeur en échange de leur temps et une rémunération. Ne serait-il pas justifié de dire que les employés sont des richesses humaines car ils produisent de la valeur pour une entreprise ?

Chez Groupe Humaprise, nous avons beaucoup de difficulté avec le terme « ressources humaines ». Lorsque nous regardons comment nos « ressources » naturelles sont traitées, c’est problématique, n’est-ce pas ? Lorsque nous pouvons exploiter une ressource naturelle pour l’amener jusqu’au bord de l’extinction ou carrément l’irradier de la planète terre, ceci pose un problème sur notre capacité à gérer des « ressources ». Il importe donc de changer notre façon de gérer les humains dans les entreprises, principalement les PME.

Cette nouvelle manière de considérer l’humain, s’inspirent du principe que l’humain est un animal social, qu’il a besoin de parler et d’interagir avec les autres. Dans une entreprise, la mobilisation de chacun provient du climat de travail inspiré par de sains comportements. Un lieu de travail qui permet aux employés une sécurité émotionnelle est un lieu de travail où il fait bon travailler. Dans nos interventions pour améliorer le climat de travail, nous travaillons sur trois volets, soit la capacité, l’encadrement et la volonté.

Capacité, encadrement et volonté, 3 facteurs clés de mobilisation

La capacité soit d’aider les gestionnaires à mieux se connaître afin de leur permettre de développer leurs capacités relationnelles, leur capacité de réaliser une tâche et leur capacité de déléguer une tâche. Ils sont ainsi en mesure de le mettre en pratique et inspirer leurs employés, de par leur leadership. En passant à l’action, ils permettent à leurs employés de se développer autant sur les plans personnel que professionnel.

L’encadrement se caractérise par la possibilité de réaliser une tâche d’une manière efficace et optimale par l’utilisation des processus d’affaires, la philosophie de gestion et des outils de gestion, autant technologiques que traditionnels. Nous avons plus de 2000 outils de gestion qu’il est possible de personnaliser.

La volonté ou tout est une question d’attitude. Une fois que l’équipe de gestion possède la capacité de réaliser les tâches permettant de générer de la valeur et que ce savoir est transmissible par le truchement des processus d’affaires, il ne reste plus que d’avoir la volonté de faire ce que nous sommes supposés devoir faire. Nous utilisons des techniques de coaching pour maximiser l’impact de notre coaching d’affaires en entreprise et pousser les gens à l’action.

Tous pour un et un pour tous !

Des richesses humaines et des richesses financières se matérialisent suite à nos formations   car un sain climat de travail pousse les gens à l’action. Ce qui explique notre mission « Système de gestion d’entreprises qui permet aux gens d’affaires de passer du stade « Entrepreneur » au stade « Gestionnaire » en améliorant leur qualité de vie ainsi que la rentabilité de leur PME. »

Pour un management plus humain, contactez-nous au 819-770-9332 poste 101 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

 

Passer à l’action et réduire les coûts de la paperasse administrative

Selon une étude de Kronos, les entreprises canadiennes perdent 88 milliards de $ par an en travail administratif inutile, ce qui équivaut à 4 934 $ par employé. Source : ici

Le travail administratif fait partie de la vie des entreprises. Néanmoins, il est possible de diminuer ses impacts sur les profits des entreprises par la rédaction des processus d’affaires. Dès qu’une tâche administrative est récurrente, une description détaillée permettant de réaliser cette tâche devrait être mis par écrit. Ceci permet d’éviter les erreurs, bien entendu, mais nous retrouvons d’autres bénéfices tels que :

Continue reading

Idées pour améliorer le climat de travail et la productivité en PME

Au sein d’une entreprise, il y a plusieurs virus qui viennent influencer négativement ou positivement l’attitude des gens qui y travaillent. Bien entendu, ces virus sont hautement contagieux et se transmettre sans contact entre les gens. La liste des virus ayant une influence négative est :

  • l’absentéisme,
  • le présentéisme,
  • la résistance aux changements,
  • l’individualisme,
  • le « je m’en foutisme »,

bref la lâcheté.

Ces virus viennent influencer négativement le climat de travail et, par conséquent, nuisent à la productivité.

À l’inverse, nous retrouvons des virus qui ont un impact positif dans une entreprise et qui font croître significativement la productivité. Ces virus sont :

  • l’enthousiasme,
  • le dynamisme,
  • la collaboration,
  • le plaisir,
  • l’acceptation,

bref, le courage.

Nous pouvons voir qu’autant la lâcheté que le courage sont contagieux et viennent influencer l’attitude des autres et, par le fait même, la productivité dans votre entreprise. Pour démarrer une épidémie, il ne s’agit que d’avoir une seule personne qui porte un de ces virus pour que l’organisation ne soit mise en quarantaine. Vous vous en doutez certainement, ceci est loin d’être de la théorie. Tout ça se passe actuellement dans les organisations.

Si une telle épidémie surgit dans votre entreprise, il faut du courage pour l’enrayer. Ne vous laissez pas influencer par la routine, ne prenez pas de raccourcis, ayez du courage, devenez un agent de changement et des forces insoupçonnées vous guideront.

Le changement fait peur

La majorité des gens n’aime pas la routine, c’est trop monotone qu’on dit. La majorité des gens n’aime pas le changement. Le changement fait peur et nous résistons. Alors si nous n’aimons ni la routine et ni le changement, nous aimons quoi ? Éteindre des feux ?

business-man-phone-stressed

Chez Groupe Humaprise, nous formons des agents du changement, c’est-à-dire que les gens incorporent le changement dans leur routine. Ce changement est provoqué par la recherche d’un équilibre meilleur ou d’une plus grande rentabilité de l’entreprise.

Pour y parvenir, il importe de déterminer avec précision ce que nous souhaitons atteindre. Il s’agit de bien définir où nous voulons être dans 3, 5 ou 10 ans, ce que nous voulons faire, ce que nous aimons et n’aimons pas, et ainsi de suite.

Une fois cet exercice complété, il ne reste plus qu’à déterminer quelles seront les actions à faire pour s’y rendre et à les inclure dans notre quotidien.

Prenons un exemple bien simple. Un gestionnaire cherche à améliorer ses connaissances sur une technique propre à sa discipline. Pendant ses temps de repas au bureau, au lieu de lire les nouvelles du sport, il pourra inclure de lire 10 pages par jour d’un livre sur les techniques qu’ils souhaitent améliorer. Rapidement, ses connaissances vont s’améliorer et au bout d’une année, en agissant de la sorte, il pourra avoir lu plusieurs livres traitant des différentes techniques. Dans sa routine, il a agi en tant qu’agent du changement et après plusieurs journées de cette routine, il est fort à parier que ce gestionnaire aura acquis un niveau de connaissance très élevé et que son objectif d’améliorer ses connaissances sera atteint … sans résistance et sans crainte.

Pour reprendre les propos de Éric Thomas, un gourou de la motivation aux États-Unis, quels sacrifices je suis prêt à faire aujourd’hui pour être la personne que je veux être demain? Comme ce gestionnaire, est-ce que je suis prêt à sacrifier le fait d’être moins « savant » dans le domaine du sport pour être plus connaissant dans mon travail ?

Avec cette manière de faire, la routine n’est pas monotone et il n’y a certainement pas de résistance face aux changements. La routine entraîne le changement et nous dirige vers une vie meilleure.

Travailler l’attitude

En conclusion, dans son livre « Devenez une personne d’influence », John C. Maxwell prend bien soins de démontrer que l’attitude est d’une importance capitale vers la réussite. Si notre attitude est que nous avons un sentiment de succès dans notre vie personnelle, nous allons réussir en affaires, mais ce n’est pas parce que l’on réussit en affaires que nous avons le sentiment de réussir notre vie personnelle.

Notre attitude entraîne également des actions face aux autres ou envers nous-mêmes. Si nous sommes envahis par le sentiment de succès, autant personnel que professionnel, nos actions seront :

  • On se sacrifie pour réussir
  • On cherche des moyens de gagner
  • On devient énergétique
  • On suit le plan stratégique
  • On aide les autres membres de l’équipe

Inversement, si nous sommes habités par un sentiment d’échec, notre comportement sera :

  • On en fait le moins possible
  • On cherche des excuses
  • On devient fatigué
  • On laisse tomber le plan stratégique
  • On blesse les autres

Source John C Maxwell : devenez une personne d’influence p.94 (2008)

N’oubliez pas que « pour aider quelqu’un à croire qu’il peut réussir, donnez-lui l’occasion de connaître de petites victoires » John C Maxwell.

Pour une formation vous permettant d’améliorer le climat de travail, contactez-nous au 819-770-9332 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.

 

7 astuces pour accroître la productivité dans votre PME

Une cogitation constante de tout décideur est la productivité en interne. Il s’agit de trouver cette recette qui permet à des gens d’en faire plus afin d’accroître la rentabilité de l’entreprise. Comment donc améliorer cette productivité? Voici 7 astuces vous permettant d’accroître la productivité dans votre entreprise.

1) Déterminez vos objectifs

Que ce soit selon la technique SMART ou MoSCoW, l’objectif est le but à atteindre.

 

2) Mettez vos objectifs par écrit

Un objectif qui n’est pas écrit ne reste que du vent. C’est aussi performant que la pensée magique. Le mettre par écrit, c’est un engagement, un contrat avec soi.

 

3) Expliquez le pourquoi de ces objectifs

Un objectif n’est que chiffre bien plate. Il importe d’expliquer le « pourquoi » afin de susciter l’intérêt de votre équipe. Cette technique des 5 pourquoi permet d’aller au fond des choses et en faire ressortir l’essentiel.

 

4) Faites un plan d’action en lien avec vos objectifs

Le plan d’action permet de tracer l’itinéraire pour vous rendre à votre objectif. N’improvisez pas, faites un plan ! Nous savons très bien qu’il y a plusieurs chemin qui mène à Rome, l’important est de définir le chemin qui vous permettra de vous y rendre d’une manière le plus efficacement possible.

La meilleure manière gérer les tâches est de planifier. Si pour certains, la planification est vue comme une prison, cette planification est en fait une liberté. Ce n’est pas n’importe quelle sorte de liberté. En fait, il s’agit d’une liberté émotionnelle. Nous pouvons nous départir de cette relative importance que l’on accorde aux tâches et aux actions. Par la planification nous arrivons à faire concorder les tâches à faire dans le délai prescrit. Nous n’avons pas recours à la pensée magique pour que le temps s’arrête ou que par quelconque intervention pour que la tâche se réalise plus rapidement. Nous n’avons plus qu’à suivre notre planification pour obtenir le résultat désiré. Plus de stress, moins d’émotions inutiles, uniquement une exécution du plan.

 

5) Déterminez et répartissez les tâches relevant du plan d’action

Suite au plan, déterminez ce qu’il doit être fait et répartissez les tâches au sein de votre équipe en fonction des forces de chacun.

La délégation de tâches est une pratique courante dans les entreprises. Cette délégation permet à une personne de déléguer certaines responsabilités pour s’attaquer à de nouvelles responsabilités ou pour libérer du temps.

Pour tirer profit au maximum de la délégation de tâches, le résultat attendu se doit d’être clairement expliqué. Plus le résultat attendu est expliqué et compris par la personne qui reçoit la tâche, plus les chances de réussites sont rehaussées.

À titre d’exemple, je peux demander à une personne d’acheter un nouveau meuble pour le bureau. Plus je serai spécifique quand à mon besoin et aux exigences que je recherche, plus ce nouveau meuble répondra à mes attentes. Je n’ai pas besoin d’expliquer qu’elle devra se rendre dans un magasin de meuble et tous les détails de la transaction. Par contre, plus j’explique le résultat attendu comme les dimensions du meuble, ses fonctions, son utilisation, la couleur, etc plus j’ai de chance d’être satisfait de la délégation. Maximisez vos délégations de tâches en expliquant le résultat attendu et la délégation sera encore plus efficace.

 

6) Exécutez les tâches sans excuses

Il importe de tenir compte des sentiments dans l’exécution des tâches. Une personne qui se cherche des excuses pour éviter de faire la tâche ou repousse à plus tard les tâches que ça ne lui tente pas de faire, nuit à la productivité. Le rôle du gestionnaire est d’identifier cette forme de procrastination et de travailler à éliminer les mauvais sentiments de l’employé envers la tâche. Comme le souligne Peter Drucker,

Il y a 4 raisons pourquoi une personne réalise une tâche, soit par enthousiasme, par plaisir, par acceptation ou par obligation.

Par enthousiasme ou par plaisir se retrouve dans les forces des gens. Ceci est bien connu et c’est même une pratique courante. Lorsque nous avons du plaisir à faire quelque chose, le temps passe rapidement et nous avons une production élevée.

Par contre, si une personne réalise une tâche sans le faire par enthousiasme ou par plaisir, elle le fait soit en ayant un sentiment d’obligation,  ou soit par acceptation. Réalisé une tâche par obligation c’est faire quelque chose de notre propre gré mais en ayant le sentiment que nous n’avons pas le choix de le faire. Ce genre de sentiment entraîne colère, manipulation ou tristesse.

L’employé se sent obligé de faire une tâche alors il la fait, mais il a des attentes que quelque chose lui sera rendu ou donné en retour. Ceci entraîne des « non-dits » dans une entreprise, qui devient éventuellement une forme de manipulation, de chantage émotif ou de frustrations qui commence la plus part du temps par une phrase du genre : « je pensais que ».

Pour éviter ces tourments émotifs, une tâche qui n’est pas réalisé par enthousiasme ou par plaisir se doit d’être faite par acceptation. L’acceptation est en fait la fin d’un processus de deuil. Ceci demande du courage afin de permettre à une personne de combattre ses scénarios intérieurs pour se libérer des frustrations et accepter. Lorsque cette étape est franchie, une force intérieure jaillie et permet à la personne d’être plus productive.

 

7) Faites des réunions efficaces

Le meilleur moyen de faire le suivi de la productivité est lors de réunion et non individuellement. Faites toujours un ordre du jour si vous devez organiser une réunion. Déterminer en avance les dates des réunions et respectez-les.

Avoir un ordre du jour implique une préparation, par le fait même une planification. Il y a donc eu au préalable de la rencontre une réflexion qui a mené à établir un début, un cheminement critique et une fin. De cette manière, tous les points devant être traités le seront et il n’y aura pas d’omission qui vont nécessiter un second appel ou une autre rencontre. Le temps est effectivement maximisé.

En plus d’une gestion du temps efficace, l’ordre du jour permet de donner confiance aux personnes présentes. D’abord, celui qui conduit la réunion n’a pas à se fier à sa mémoire pour traiter les points. Il retrouvera les éléments à aborder dans son ordre du jour et son cheminement critique l’amènera à la fin de la réunion en fonction de l’objectif recherché. La rencontre sera ainsi structurée et gérée efficacement. D’autre part, les interlocuteurs sentiront que la personne qui conduit la réunion sait exactement où elle s’en va. Ce sentiment permet d’établir rapidement la confiance envers l’interlocuteur.

 

giphy-7

 

En conclusion, ne soyez pas comme dans ce GIF, un pelleteur qui travaille fort, mais n’accomplit rien d’utile 🙂

 

Pour une formation vous permettant de développer la productivité en interne, contactez-nous au 819-770-9332 ou par courriel à info@groupehumaprise.com. Nous sommes en affaires depuis 1987 et nous avons assisté plus de 250 propriétaires d’entreprise dans cette démarche.

Contactez-nous pour en discuter :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Vous pouvez vous inscrire gratuitement à notre infolettre afin de recevoir un conseil pratique de gestion tous les mardis matins, à prendre bien au chaud avec votre café.

Vous croyez que d’autres propriétaires de PME pourraient en bénéficier ! N’hésitez pas à partager.